LE NERF VAGUE…

LE NERF VAGUE… QUI SAIT PRÉCISÉMENT TOUT ET QUI FAIT BEAUCOUP

 

Savez-vous qu’un nerf dans notre corps, encore assez méconnu, a une action anti-inflammatoire irremplaçable et contrôle les capacités d’adaptation et de réparation du corps humain ? Ce nerf s’appelle le nerf vague, et grâce à la respiration nous pouvons prendre soin de ce nerf si précieux et l’activer positivement.

Qu’est-ce que ce fameux nerf vague ?

Le nerf vague (appelé aussi nerf pneumogastrique ou nerf parasympathique) traverse tout notre corps. Il part de notre cerveau, et c’est le nerf crânien dont le territoire est le plus étendu, d’où son nom. Il descend ensuite dans le cou, suit la colonne vertébrale et longe l’œsophage, passe par le diaphragme avant d’arriver dans l’abdomen où il se divise en de nombreux filets nerveux qui vont innerver le foie, l’estomac et l’ensemble des viscères abdominaux.

Un rôle central méconnu

Avec ses fibres motrices, sensitives, sensorielles et végétatives (parasympathiques), il joue un rôle dans de nombreuses fonctions vitales de l’organisme, en particulier pour le cœur et le système digestif. Il régule également les sécrétions des glandes surrénales, du pancréas, de la thyroïde et des glandes endocriniennes. Il assure aussi par exemple la transmission de la sensibilité sensorielle du pharynx, du larynx ainsi qu’une partie des informations gustatives.

Une « tour de contrôle » qui régule et qui peut réparer

Le nerf vague réalise en fait un véritable « câblage » qui « écoute » ce qui se passe dans notre corps. Il sait ainsi tout sur l’état de santé de chacune de ses parties et envoie cette information au cerveau. Il peut ensuite agir et réguler. Les découvertes scientifiques récentes montrent que le nerf vague peut à la fois calmer, avoir une action anti-inflammatoire puissante, protéger des maladies chroniques et réparer. Mais l’activité et les super pouvoirs de ce nerf sont modulés par la qualité de son environnement : plus celui-ci est « bienveillant », plus il est actif. A l’inverse, dans un environnement « stressant », il l’est beaucoup moins. Et toute baisse du tonus du nerf vague augmente les mécanismes d’usure, d’épuisement et d’inflammation du corps et par conséquent les risques de maladies chroniques.

Comment prendre soin de son nerf vague

Pour « chouchouter » son nerf vague et lui permettre de déployer tout son potentiel, il faut donc avant tout éviter tous les stress : stress nerveux évidemment, mais aussi stress physiques (au niveau de l’oxygène, de l’alimentation, la posture, la circulation lymphatique, etc.). Notre corps peut jongler avec les différents stress ponctuellement. En revanche, s’il en a trop ou sur une trop longue durée, un déséquilibre intérieur apparaît qu’il ne pourra plus gérer, et cela se transforme alors en inflammation.

Respirer… et surtout expirer !

Pour réduire un maximum de stress auquel le corps est exposé et favoriser l’activité positive du nerf vague et activer les processus d’auto-réparation du corps, le meilleur allié reste la respiration, avec un travail en profondeur et en douceur, basé sur la libération de l’expiration (souvent oubliée dans les respirations spontanées) et un retour aux sensations profondes du corps.

Venez apprendre ou réapprendre à bien respirer, le centre propose justement désormais un cours principalement orienté autour de la respiration, du travail du périnée et de la colonne vertébrale avec des exercices sur les machine wallunits le vendredi de 12h30 à 13h15 (uniquement sur réservation, limité à 6 participants).